Il y a un ensemble de mots que je lis dans toute les publications Facebook et Instagram ces dernières années, les mots à la mode ( après haut potentiel, tdah, lâcher-prise et parentalité positive), c’est … la parentalité bienveillante. Je ne nie absolument pas que le haut potentiel, tdah, lâcher-prise, tdah existent, bien évidemment.

Tu veux que je dise? Je peux plus me le voir ce « parentalité bienveillante » .

Quand une personne me dit « je suis dans la parentalité bienveillante (discours que j’entends minimum 3 fois par semaine), j’ai juste envie de répondre: « oui t’es un parent normal quoi ». Mais ce mot « bienveillance utilisé à tout va »je ne peux plus…

Bien sûr il faut élever son enfant dans la bienveillance, on est d’accord.

Mais si tu ne prends pas soin de toi…

tu vas mal finir ma vieille et tu pourras plus te relever pour distribuer de la bienveillance chez toi.

Si il y a bien un élément que je retiens de ces dernières années c’est le nombre de mamans qui ont besoin d’aide,  ces mamans qui ne sentent pas soutenues, celles qui ont besoin de bienveillance et pourtant… Ce sont souvent les premières à prôner ce « type d’éducations » qui viennent me demander du soutien et des conseils quelques années après être rincés d’être dans le « trop ».

Elles-même ne s’en accordent absolument pas de la bienveillance alors comment pourraient-elles en redistribuer?

La mise en lumière de toute ces méthodes positives et bienveillantes sont proposés par des personnes qui ont parfois oubliés ce que pouvait être le quotidien avec des jeunes enfants car depuis bien longtemps elles ne le gèrent plus ce quotidien.

Donc on a un tableau « joyeux, doux où le quotidien est lisse, tellement bien organisé, avec une communication où l’on doit prendre 3 heures à tout détailler pour un épanouissement maximum de l’enfant »… sauf que dans la réalité, ces méthodes ne sont pas adaptés aux quotidiens de certains parents. 
bienveillance
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Evernote
  • Gmail

 

Et ces mamans dont je faisais parties il y a quelques années, ont parfois du mal à trouver ce juste équilibre. La dérive de cette bienveillance est bien là, il n’y a plus de limites et c’est pour cette raison que certaines mamans culpabilisent de ne pas être dans les standards de la maman avec une voix hypnotique, douce qui ressent un plaisir immense à voir ses enfants jouer avec une boule de pâte à sel pendant 3 heures et qui se lève 15 fois par nuit avec le sourire. Je ne connais pas une seule maman qui se lève depuis 3 ans minimum 5 fois par nuit qui a la pêche et le sourire la journée.

Et pourtant…j’en vois passer des mamans qui sont au bout du rouleau…bien plus que ce que tu pourrais imaginer.

Bin oui, t’as clairement le droit de ne pas être dans ces standards… et t’as clairement le droit de ne pas t’oublier.

Je crois même que c’est une case « obligation » de penser à toi. Et ça en priorité même. Donc arrête de te demander pourquoi tu ne vas pas bien mais demande-toi comment tu peux aller mieux.

La bienveillance ok, mais commence par toi… ok les mam’s? Prenez soin de vous

Pin It on Pinterest